Canalblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité

Association du patrimoine de Beaufou

Publicité
Archives
Visiteurs
Depuis la création 781
4 février 2023

Journée du patrimoine 2016

Visite de la tour de fuie, et première partie du souterrain.

19062016DSC_0894

La plupart des souterrains remontent aux invasions normandes.

19062016DSC_0883

 

 

Visite de la tour de fuie.

20190308_145419

 

Sorte de petit colombier. Avant la révolution, l'élevage des pigeons était réservé à la Noblesse et au Clergé.

19062016DSC_0858

 

 

 

 

 

Publicité
Publicité
12 janvier 2023

Journée du patrimoine 2015

Découverte des mégalithes retrouvés sur la commune, ainsi que des objets datant de l'époque néolithique. 

 

PICT0020c

Les pierres de la Métairie des Landes

Le plus grand de ces mégalithes de 2,60 m de longueur totale, possède une silhouette d’ensemble proto-anthropomorphe.

Le second monolithe, un peu plus modeste, de 1,30m hors sol.

PICT0024

 

Pierre de la Vrignaudière.

Elle a la particularité de ressembler à un siège.

Mais il n’est que le vestige d’un énorme bloc de granitoïde débité par des carriers, au début du XIXème semble-t-il.

PICT0087

 

Hache / herminette

Il s’agit d’un outil malgré le fil du tranchant qui a peu servi.

Capture

Période :

Néolithique (4e millénaire avant notre ère).

 

 

 

 

12 janvier 2023

Les Journées du Patrimoine de pays et des Moulins

Tous les ans en juin, l'association vous fait découvrir le patrimoine de Beaufou.

Ces journées sont un moment privilégié permettant aux Meillerets et habitants extérieurs de découvrir le patrimoine de Beaufou (monuments, église, châteaux, maisons de caractères...)

2

 

 

 

 

3 janvier 2023

Souterrain - refuge

La plupart remonte aux invasions normandes. Grace à leurs bateaux plats, les normands ont pu remonter certains fleuves, comme la Vie et ainsi entrer dans les terres. Les seules refuges, pour les habitants, étaient d'aménager des caches dans la roche. Par la suite, des maisons sont souvent construites par-dessus. Pendant les guerres de Vendée, on retrouve leur usage d'origine: refuge face aux colonnes infernales. 

Ce que disent les chroniques paroissiales:

Durant le passage des colonnes infernales, "une forte patrouille s'est avancée jusqu'au bourg de Beaufou, déjà brûlé plusieurs fois. Les habitants, prévenus, avaient pris la fuite, sauf une vingtaine de personnes, qui, négligeant les conseils du bonhomme curé, eurent la funeste idée de se cacher dans le souterrain qui s'étend sous les maison du bourg. On ne sait comment les bleus le découvrirent. N'osant les poursuivre dans ces sombres conduits, ils prirent le parti sauvage de les brûler.

Anoncelant à l'entrée du souterrain quantité de bois sec, ils y mirent le feu. Etouffés par le manque d'air et la fumée, les malheureux furent bien vite asphyxiés. On rapporte que l'un d'eux, la tete égarée, se jeta dans les flammes pour se sauver dehors, et qu'un soldat l'abattit d'un coup de sabre donné en plein visage, lui tranchant tout un lambeau de chair de la figure, que ce monstre se mit aussitot à dévorer à plein dents. Manger de la chair humaine, boire du sang, c'était le grand festin des bleus de la grande révolution"

Ce fut le 12 mars 1794.

20160619-4

20160619-5

 

25 décembre 2022

Les croix

 

Croix du Rhortais

En 2009, l'association a effectué le recensement des croix existantes.

 

Elles sont au nombre de 28.

Les années suivantes ont été consacrées au défrichage, au nettoyage et à la remise en état. Des responsables ont été nommés pour l'entretien de chacune d'entre elle.

En 2012, la croix de l'Auspierre a été remise en place et bénie par M. le curé Bonnin.

Deux circuits, 35 km et 6 km, ont été créés vous permettant de découvrir ces nombreuses croix. La création de QRCode présente de manière ludique l'histoire des plus marquantes.

 

 

Placés souvent à la croisée des chemins, ces monuments étaient élevés à l’occasion de missions dans la paroisse, pour exaucer un vœu ou effectuer une action de grâce.

Autrefois, quiconque, en passant, ne saluait pas la croix était regardé comme un hérétique. Les hommes levaient leurs bonnets et tout le monde se signait dévotement.

Quand on portait un mort à l’église, on s’arrêtait un instant au pied de toutes les croix sur le chemin pour y faire une prière. Puis en partant, on laissait en ce lieu une petite croix confectionnée par le menuisier en même temps que le cercueil.

Elles ont toutes une histoire singulière et des noms évocateurs : la croix du silence, la croix du tonnerre, la croix rouge, la croix des enfants, les 6 bonnes vierges… liée souvent à des événements de la vie courante ou historique.

 

Histoires extraites des chroniques paroissiales

La croix du « Cré-chaud »

A l’entrée du bourg, à l’ouest ; on l’appelle aussi la croix « du silence ». C’est également une croix séculaire, peut-être la plus ancienne. On se perd en conjectures sur la signification du mot « cré ». Comme il y a tout à côté un lavoir public, ce mot aurait il le sens de creux ? C’est possible. D’autre part, la dénomination de  « croix du silence » a une saveur toute particulière dans un endroit où les langues font autant de bruit que le battoir des laveuses.

Croix du Cré-Chaud (Croix du silence)

 

La croix du parvis de l’Eglise

Au dire de certains archéologues, elle daterait des Croisades. Elle était là, quand, à l’époque des guerres de religion, les huguenots brûlèrent l’église et la cure, et, au temps de la révolution, lorsque les bandes infernales traversèrent trois fois le bourg, saccageant tout et incendiant de nouveau le presbytère et le lieu saint. A cette croix, qui a vu toutes ces horreurs et qui fut toujours respectée, on peut appliquer le mot célèbre :
Stat crux duum volvitur orbis.

P3272937

 

La croix de la Morlière ou croix du Tonnerre 

Elle existe depuis des siècles et est en grande vénération dans le pays. D’après la croyance populaire, elle a le don d’obtenir autant de pluie qu’on en peut souhaiter. Aussi vient-on beaucoup y prier dans les temps de sécheresse. En 1900, sur la demande de M. le curé, Mgr CATTEAU autorisa une procession en cet endroit pour obtenir la cessation du fléau. Déjà, depuis plus de quinze jours, les hommes au nombre d’une vingtaine et quelquefois trente, se réunissaient le soir au pied de la croix et récitaient le chapelet, à genoux et tête nue, implorant la fin de leur détresse.

Croix de la Morlière (Croix du Tonnerre)

 

 

Publicité
Publicité
23 décembre 2022

Notre Dame de l'Annonciation

Description architecturale :

Eglise romane en croix latine. Une sacristie est accolée au chevet. Possède une tour-clocher de plan carré à flèche de charpente.

 

Son histoire :

 « Au XIIe siècle, l'église Notre-Dame de Beaufou, Beata Maria de bella fago, comme celle de Notre Dame du Luc, Beata Maria de Luco, dépendait immédiatement du prieuré de Saint-Lienne de la Roche-sur-Yon et de l'abbaye-mère de Marmoutier-lès-Tours. »


1105 et 1136
Mention de Beaufou dans la charte de Pierre II évêque de Poitiers et dans la bulle du pape Innocent II; l'église dépend de l'abbaye de Marmoutier-les-Tours.


Fin XIIe
Construction de l 'église : nef, gros oeuvre, baies, façade occidentale (portail) sont
de cette époque. Au cours des siècles, elle subira de nombreuses vicissitudes.


XIVe
Construction de la baie du choeur et du beffroi (1335).


31 mars 1568
Charles IX, second fils de Henri II et de Catherine de Médicis étant roi, incendie de l'église
par les protestants (Guerres de religion). Dans la paroisse voisine de Legé 400 hommes,
prêtres et laïcs sont massacrés.


Début XVIIe
La tour du clocher est surmontée de sa flèche d'ardoises en charpente et composée de
deux parties superposées, l'une carrée et ventrue et l'autre est une pyramide à huit pans
et se termine par une croix posée sur deux coeurs dont l'un est percé d'un glaive.


1631
Date portée sur l'écu de la chapelle de la Vierge ; elle correspond à celle du mariage de Gaston d'Orléans, frère de Louis XIII,
la Principauté-pairie de La Roche-sur-Yon et des Lucs-sur-Boulogne dont Beaufou faisait partie dépendait de lui.


1648
Les Moines ne desservent plus la paroisse ; un prêtre est nommé par l'évêché de Luçon.


1652
Restauration importante de l'église, cette date figure sur le fronton qui surplombe le portail occidental.
A droite du portail on déchiffre également cinq lettres : P.G.I.S.A. que d'aucuns en ont fait les initiales de :
« PRINCIPIS GENEROSIS IUSSU SACRUM AEDIFICATUM »
et traduit par : " TEMPLE BATI PAR L'ORDRE D'UN PRINCE GENEREUX".
On ne manque pas de faire la liaison avec 1631.
De cette époque datent les deux absidioles (chapelles).

1705
Culte au Sacré-Cœur (1705) : A cette époque, point de statue mais un cadre renfermant « un cœur en étoffe blanche avec dentelures sur le pourtour (dimensions : 5 à 6 cm de hauteur et de largeur) au centre, petit cœur d'étoffe rouge (2 cm sur 2.5 cm) sur monté d'une croix
d'une autre couleur. Le petit cœur était entouré d'un semblant de couronnes d'épines, et on voyait quelques gouttes de sang qui en découlaient » . A l'instar de Beaufou, poursuivent les chroniques paroissiales « en moins de 20 ans, toute la contrée jusqu'à la mer et jusqu'à la Loire fut dévouée au Sacré-Cœur de Jésus. C'est ce qui, plus tard, la fit appeler : « La Vendée du Sacré-Cœur » « D'où le Cœur Vendéen en 1793 et aux pèlerinages. »


En 1794
Au cours des 13 passages des Colonnes Infernales (armées républicaines pratiquant la tactique de la terre brûlée.) sur la paroisse, l'église est incendiée par deux fois.


1801
Réponse de Nicolas Rousseau maire de Beaufou au préfet Merlet : « Les gens ne courent ici, à l'église, qu'un danger : attraper des coups de soleil l'été, ou des averses l'hiver, ce temple n'ayant pour toit, depuis la guerre (de Vendée) que la voûte éthérée des cieux ».
La grande baie est murée.


1846
On place les trois cloches dans le clocher : Ste Marie, Ste Louise et Ste Jeanne.


1855
Réparation de l'église : Guillerot est l'architecte
Pose de la grande verrière.


1990-1994
Rénovation des enduits extérieurs et de la toiture dans le cadre de la rénovation du bourg.


1998
Rénovation des vitraux.


2010
Réfection de la couverture à l'ancienne
Déplacement de l'horloge

29 modillons du coté nord

 

 

Ses cloches :

 

Cloche Sainte-Marie 3

 MARIE

Diamètre : 935mm 

Poids : 477kg

Note : SOL

Fondue en 1840 par BOLLEE au Mans

 

P6232686

 

 

 

 

 

 

 

 

LOUISE

Diamètre : 832mm 

Poids : 336kg

Note : LA

Fondue en 1846 par BOLLEE au Mans

 

SDC13017

 

 

 

 

 

 

 

 

JEANNE

Diamètre : 735mm 

Poids : 233kg

Fondue en 1846 par BOLLEE au Mans

 

 Ses curiosités :

 

Les Modillons

Datés du fin XIIème siècle. Ces ornements en

granit en saillie qui forment des
consoles pour soutenir les corniches sont les seules sculptures ornant les murs
de l'église. Il y en a 30 sur le côté nord et un seul subsiste, au niveau du chevet, sur le côté sud.

Leur sens emblématique reste inconnu.

D'après certains archéologues, les êtres grimaçants qui figurent sur les modillons exprimeraient le mal, le vice et le pêché et doivent donc rester à l'extérieur; alors que les saints symbolisant le bien, la vertu trônent à l'intérieur de l'église.

 

Modillon N°5

Modillon N°22Modillon N°24

 

 

Le Vitrail central

Posée en 1855, il se situe dans la nef centrale.
On découvre :
- dans la rose du haut : Dieu le Père,
- puis en dessous : Adam et Eve chassés du Paradis terrestre par l'ange à l 'épée flamboyante,
- au centre : l'annonciation avec de chaque côté Isaïe et Ezéchiel,
- et dans la partie inférieure : la naissance de Jésus avec, à droite, l'adoration des bergers et à gauche, celle des Rois Mages.

DSCN5444

DSCN5446DSCN5447

 

 

 

1 octobre 2022

Actions menées

 

 

 

Réhabilitation du four de la Bulletière.

  • Etude du plan Napoléonien pour répertorier les bâtiments qui existent toujours.

  • Déchiffrage des pierres tombales du jardin de la cure.

  • Etude des délibérations du conseil municipal.

  • Recherches sur les maires et leur rôle sur l’histoire de Beaufou.

  • Recherches sur les prêtres et leur rôle dans l’histoire de Beaufou 

  • Recherches sur les écoles de Beaufou (privées, publiques, laïques, religieuses, congrègationnistes, de filles, de garçons, mixtes…).

  • Nettoyage et recherches sur l’histoire des croix de la commune.

  • Etude des plans et recherche sur le terrain pour répertorier les chemins creux encore existants en vue de la réhabilitation de certains tronçons.

  • Déchiffrage des anciennes tombes du cimetière (Clergé et noblesse locale).

  • Nomination d’un responsable par secteur pour l’entretien des croix

  • Elaboration et mise en place du panneau sur l’historique de l’église.

  • Remontage et bénédiction d’une croix abandonnée dans le village de l’Auspière.

  • Expertise et relevage d’un mégalithe à la métairie des landes.

  • Recherche du mégalithe de la Vrignaudière.

  • Recherche et découverte de l’entrée du « souterrain-refuge » du bourg que nous rebaptiserons « cave à cellules latérales ».

  • Aménagement de l’entrée et nettoyage de la première partie de la dite-cave.

  • Restitution des vierges disparues dans les croix avec niches. - Poursuite de l’exploration du souterrain.

  • Déchiffrage des inscriptions sur les croix et mise à jour des documents.

  • Extraction du menhir du Bois Barbot et érection à La Prée.
  • Fabrication et mise en place de panneaux informatifs pour les menhirs de La Prée et de la Métairie des Landes.
  • Restauration de la colonne du Sacré-Cœur à la Charnière.
  • Remplacement de la poulie et de la corde pour la remise en fonctionnement manuelle de la cloche «Jeanne».
  • Restauration de la croix de la Passion à La Charnière.
  • Restauration de l’ancienne affiche peinte « Le Petit Journal ».
  • Mise en place du panneau de Q.R code du souterrain. Création d’un panneau avec historique et photos.
  • Réparation de la Croix de la Cantrie.
  • Inventaire des objets religieux.
  • Restauration de la croix de la passion.
  • Visite du bourg dans la cadre des animations de la communauté de communes.

 

 

  • DSCN5449

    Croix de la Morlière (Croix du Tonnerre)

     

1 octobre 2022

Beaufou : quel drôle de nom !

 

078_001

Plusieurs hypothèses sont avancées par les chroniques paroissiales :

- Beaufon, de dono episcopi.

- De Bella Fago (de Luçon de 1533).

- Cure de Beaufort.

- Ecclessia de Beafou (XIIIème siècle).

- Beufou, de Bella Fago (synode de 1606).

Les érudits expliquent qu’il viendrait du mot latin fagus. Il existait, en effet autrefois, près de l’église et à l’entrée du cimetière un orme ou hêtre séculaire d’une grosseur énorme, on l’appelait dans le pays le beau foënier.

Et pour les habitants ?

Beaux foux et belles folles ... eh bé non ! On nous appelle LES MEILLERETS. Le mot "Meilleret" pourrait venir :

- Du vieux français "mailleur", terrain marneux de l'ancien franco-normand : mauvaise marne terrain pourri.

- Du mot "maillère" (terre de landes).

- De "méllerets: surnom des habitants de Beaufou (mangeur de meuille)".

Le meuille en patois est le mil ou millet, culture qui semblait être nombreuse dans la région (cf. livre sur le mil en Vendée). - Du nom "melles", fruits d'un arbre le néflier que l'on trouve sur Beaufou, la melleraie étant le lieu planté de mellier.

- D'une expression en patois "t'as le meuille au naïe" (le nez qui coule).

Vous choisirez celle qui vous convient le mieux, sachant qu'aucune explication n'est officiellement reconnue.

Un peu d'histoire

Dans la préhistoire, Beaufou était habité. Les haches de pierre polie trouvées à l’Auspièrre, au Boisrond, à la Charnière et au Pré-Sec montrent une vie au Néolithique. La voie romaine reliant Saint-Georges-de-Montaigu aux Sables d’Olonne traversait la commune de l’Auspière en passant par la Cantrie et la Marlaie.  La chartre de 1105 de Pierre II, évêque de Poitiers et la bulle de 1136 du pape Innocent II indiquent que l’église dépend de Marmoutier-les-Tours (Indre-et-Loire).  Vers 1705, le curé, apprenant les apparitions de Jésus à Paray-le-Monial en 1673 et 1675, lance le culte du Sacré-Cœur. En 1793 et 1794, au cours de leurs 13 passages, les colonnes infernales massacrent une grande partie de la population et incendient 57 maisons et l’église.

 

 

1 octobre 2022

L'association du patrimoine

Création en 2002

 Rôle :

Cette association a pour but de sauver et faire vivre le patrimoine de Beaufou en collaboration avec le conseil municipal. Son action s’étend, notamment, en matière :

- D’inventaire,

- De location,

- D’acquisition,

- De sauvegarde,

- De remise en état de fonctionnement,

- D’accessibilité,

- D’animation du patrimoine.

Elle peut porter également sur des activités connexes, en particulier la promotion et la valorisation du patrimoine (politique touristique, aménagement de circuits culturels ou de découverte, fête, vente de produits, etc…)

Objectifs : 

  • Assurer, chaque fois qu’elle en aura été sollicitée par un ou plusieurs adhérents, la sauvegarde du patrimoine de Beaufou dans les limites de sa compétence et de ses moyens, et après appréciation faite en conseil d’administration sur la sollicitation, son appui moral, technique, financier, juridique.

  • Remplir un rôle didactique vis-à-vis des citoyens, ceci afin de favoriser la prise de conscience sur l’importance et les conséquences pour la société de conserver notre patrimoine.

  • Se faire connaître tant auprès des élus, que des autorités et des représentants des services de l’état, voire des autres partenaires concernés dans le domaine du patrimoine comme interlocuteur sérieux et crédible.

  • Nouer un dialogue avec la presse et les médias afin de renforcer les circuits d’information et là encore, d’être reconnu comme un correspondant permanent exprimant le point de vue d’un groupement associatif.

 

 

Publicité
Publicité
<< < 1 2
Publicité